FANDOM


Londres est la Capitale moldue historique du Royaume-Uni mais aussi une ville où la communauté sorcière a prospéré durant des siècles. Les deux mondes étaient séparés, les moldus ne sachant rien du Londres sorcier où l’on trouvait pourtant toutes les grandes structures de la communauté.

Avant le projet Filet du Diable : une ville rayonnante Modifier

Avant le douloureux mois de mai 2030, la ville de Londres était le cœur de la vie moldue comme sorcière, où grouillaient les principales affaires du pays. Côté sorcier, le Ministère de la Magie, la Tour des Médias, l’Hôpital Sainte-Mangouste étaient les hauts lieux de la communauté. La séparation entre les deux mondes était bien distincte, en respect avec les lois sorcières sur le Secret Magique.

Le Projet Filet du Diable et la destruction partielle (2030) Modifier

Dès le mois de mai 2030, la ville de Londres a subi de plein fouet les attaques sorcières, voyant ses principaux lieux détruits. Le Londres moldu devient une zone en ruines en quelques semaines seulement, concentrant les attaques des créatures magiques lâchées sur le peuple moldu. Les grands symboles de la société moldue sont balayés, de Buckingham Palace au London Eye en passant par les tours majestueuses du quartier des affaires.

Déchéance et changements de mœurs (2031-2046) Modifier

La construction d’Avalon achevée, la ville de Londres voit son attrait s’effondrer. Le nettoyage des ruines moldues est stoppé et le Londres sorcier voit son lustre égratigné.

Au profit d’Avalon, la nouvelle capitale, Londres décline. Les ruines moldues déblayées dans certains quartiers ont donné naissance à l’érection de modestes demeures sorcières mais d’autres quartier gardent une trace visible du Projet Filet du Diable.

Le Chemin de Traverse reste un lieu de passage mais les enseignes perdent une grande quantité de clients au fil du temps et certaines sont contraintes de mettre la clé sous la porte. Le maintien de la grande banque gobeline, Gringotts, est la seule structure qui permet au Chemin de Traverse de survivre : les gobelins refusent depuis le départ de transférer leur banque en Avalon, forçant ainsi les sorciers du pays à venir régulièrement dans l’ancienne capitale pour accéder à leurs économies.

L’image de Londres ternit : elle est désormais la ville des petites gens, des scélérats et du marché noir. Aux yeux des citoyens, il ne fait pas bon traîner dans ses rues une fois la nuit tombée… Mais c’est surtout une aubaine pour les sorciers qui veulent s’extraire de la vie trop bien rangée d’Avalon. Les commerces douteux attirent du monde contrairement à ce que l’on pourrait croire, les sorciers en mal de frissons s’y rendent volontiers et les habitants qui ont choisi d’y rester font tout pour que la vie y reste aussi douce que possible. La mauvaise réputation de Londres est surtout véhiculée par le gouvernement et permet à chaque citoyen en mal de liberté de se sentir un peu rebelle en foulant les pavés de Londres.

On y trouve toujours Sainte-Mangouste, réservé désormais aux Sang-de bourbes et aux domestiques moldus.

Londres, nouvelle cité libre (2047) Modifier

Le 20 avril 2047, l’Ordre du Phénix et la Nouvelle Inquisition s’emparent de la ville de Londres malgré l’intervention des Mangemorts. Proclamée Cité Libre, les habitants de la ville ont le choix : rester ou partir. Nombreux sont ceux qui décident de quitter leurs maisons pour ne pas s’engager sur la voie de la fugitivité mais on estime à 15% la part de Londoniens toujours sur place (chiffres du Ministère).

Les membres de la Nouvelle Inquisition s’installent dans un quartier qu’ils nomment L’Eden, du côté de Westminster. Une petite église de quartier toujours debout leur sert de pilier central à la construction de leur nouveau lieu de vie. L’ensemble du quartier est protégé par un système de barrière constituée de cristaux d’ensinis : les sorciers cherchant à pénétrer le quartier voient leur magie détraquée.

Gringotts trône toujours au bout du Chemin de Traverse et les gobelins ne comptent pas changer ça. Les habitants actuels de Londres ont donc accès à leurs coffres.

Système de protection Modifier

Depuis avril 2047, pour pénétrer dans l’enceinte de Londres, il faut soit posséder une clé, soit faire la queue aux zones de contrôle des entrées. Il est impossible de transplaner à l’intérieur de la ville ou encore d’utiliser le réseau de cheminées. Le courrier est lui aussi soumis à cette protection : les hiboux ne peuvent pénétrer la protection autrement que par les postes de contrôle.

Les clés permettent de passer la barrière magique mise en place à des points stratégiques mais ne sont confiées qu’à des personnes de confiance et tous les Phénix ou Inquisiteurs n’en possèdent pas une. Les civils ayant choisi de rester dans la ville n’en possèdent pas.

Pour passer les postes de contrôle, il faut faire la queue et attendre une vérification d’identité. C’est un processus long et fastidieux mais nécessaire pour préserver la sécurité de chacun.

Le rayon de protection s'étend, grosso modo, au Londres historique.

Mode de vie Modifier

La vie s’organise quasi normalement, avec l’effort de chacun pour les accès à la nourriture, les soins, les matières premières… C’est une vie de luxe finalement pour ceux qui ont connu des années de clandestinité.

La seconde chute Modifier

Après un travail acharné, les agents du Ministère ont fini par trouver la faille de la barrière magique. Fort de cette information, Harmakhis Lagides a attendu le bon moment pour frapper, supervisant la construction d'un piège propre à affaiblir la ville tout en regroupant les dissidents en un même lieu. C’est ainsi qu’en une nuit, le 28 janvier 2048, les Mangemorts pénètrent dans la cité, avec pour ferme intention de la récupérer. La ville est alors nettoyée des Phénix et des Inquisiteurs. Les civils qui avaient choisi de rester à Londres sous la gouvernance Phénix ne rencontrent aucune pitié de la part des Mangemorts qui les massacrent systématiquement.

Quelques survivants réussissent à s’échapper par des tunnels prévus pour pareille occasion, mais ils sont rares. D'autres, ayant survécu au premier massacre et étant parvenus à se cacher dans des bâtiments, sont débusqués et traduits devant le Magenmagot - pour la plupart, condamnés à Azkaban ou à la peine capitale, pour l'exemple.

Parallèlement, les Mangemorts ont également réussi à neutraliser la barrière de cristaux d’Ensinis qui protégeait le quartier des Inquisiteurs. Seuls quelques chanceux ont également pu bénéficier des moyens d’évacuations, dont Oliver Durham et Charlotte Windsor.

L'ombre d'une grandeur (depuis février 2048) Modifier

Désormais, l’image de Londres n’a plus rien d’un pittoresque entretenu par le Ministère. Ville Phénix, dans laquelle une partie de la population a choisi de vivre, Londres porte à présent la marque de la traîtrise, et les anciens habitants de la ville ne se pressent pas pour y retourner : un an de déménagement forcé leur a donné de nouvelles habitudes, et personne ne souhaite se réinstaller dans l’ancien fief rebelle.

Sainte Mangouste a néanmoins rouvert ses portes pour les Sang-de-Bourbes, où seuls les médicomages les moins compétents, ou ceux en mal d’affectation, acceptent d’exercer.

De même, Gringotts est toujours présente à sa place du Chemin de Traverse. Les Gobelins n’ont en effet cédé à aucune pression exercée par le Ministère pour déplacer leurs locaux, et la banque est désormais la seule et unique raison pour que les sorciers de bonne famille se promènent dans Londres. L’image de la ville est plus abimée que jamais, très mal famée et abandonnée en grande partie.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .